© 2015 par A.Wille. Créé avec Wix.com 

Crédits photo : Jean Gros-Abadie, Catherine Duteriez, Laurent Paillier, Joel Malerba, MaxYves, Serlofe, R.Pelletier

Les Cailles de Corvisart - Cie HERVE-GIL

 MVA 204/91, 122 bis rue du Barbâtre 51100 Reims

Pensée de Sel

 

Qui sont, qu’ont à se dire et pour quoi faire danseurs, marionnettistes et marionnettes ?

 

C’est à un voyage poétique au coeur de ces trois clans, que tout sépare et réunit à la fois, auquel Myriam Herve-Gil nous convie pour aborder les thèmes de l’identité, de la différence et de l’affirmation de soi dans le refus ou l’acceptation de l’autre.

 

À travers des « duos à trois », danseur-marionnettiste ou danseur-marionnette, nous approfondissons la rencontre de ces trois êtres, qu’ils soient de chair ou non. En 1801, le danseur de la nouvelle de Kleist, à qui l’on demandait quel avantage les marionnettes pouvaient bien avoir sur les danseurs vivants, répondait : « Tout d’abord, cher ami, un avantage négatif : il ne serait jamais coupable d’affectation. » Pirouette ou main tendue ?

 

Production : Théâtre Louis Jouvet, scène conventionée des Ardennes

Soutien : Direction Régionale de la Culture Champagne-Ardenne

Partenaires : l'ARCAL, le CND Pantin, L'institut international de la Marionnette

Chorégraphie : Myriam HERVE-GIL

 

Interprètes 

- Danseurs : Jean-Pierre POISSON, Serge Louis-FERNAND, Massimo BIACCHI

- Marionnettistes : Pascale Blaison, Pascale Toniazzo, Kati Haschert

 

Création lumière : Marie-Hélène Pinon

 

Création sonore : Arnaud Rollat

Y'aura-t-il pour de vrai un matin...


Presque absente de la scène littéraire de son vivant, Emily Dickinson fut également peu présente dans le théâtre de la vie.

 

C’est ce choix d’un retrait du monde et ce qui en résulte dans son oeuvre qui m’a interpellé. C’est ensuite ce goût « de l’abstraction et de la spéculation métaphysique, formulé en phrases tranchantes et définitives ; cet évanouissement des frontières naturelles du proche et du lointain, de l’intime et du monde, du familier et de l’étrange » qui m’a fasciné, m’a convaincu que la page vierge du plateau devait ici plus qu’ailleurs être investie autant par le verbe que par le corps, et m’a donné l’envie de renouveler la rencontre du mot et du geste, du théâtre et de la danse.

« Mes pieds dépassent de la robe – s’aventurent sur le papier. Mes pieds parlent. Je ne sais pas danser gentiment, le petit doigt levé et le regard absent. Je ne suis pas papillon de salon. Je danse la tête en bas. Moi. Oh - qu’il est bon de t’aimer – entre quatre murs – le quatrième s’est ouvert. N’est-ce pas qu’il s’est ouvert et que ne meurt pas en vain ? N’est-ce pas ? »


Anne Mulpas

 

 

Coproductions : Théâtre Louis Jouvet, Dance Forum Taipei, Cie HERVE-GIL

Soutiens : Direction Régionale de la Culture Champagne-Ardenne, Institut Français de Taipei, Réseau A                l'Est du Nouveau

Partenaires : le CND Pantin, Théâtre National de Taipei

Chorégraphe : Myriam Herve-Gil

 

Texte : Anne Mulpas

 

Interprètes : Quatre danseurs, une comédienne, une chanteuse

 

Création lumière : Wong Choo-Yean

 

Création bande musicale : Maciej Kwinta